fr en
Logo de 13Atmosphere

L'oeil

DESIGN VINTAGE TOUJOURS LA ...INTEMPOREL 13 juillet 2014

Un drôle de voyage dans le temps : se laisser emmener pour une ballade à bord d’une Topolino Fiat de 1952…Découvrir les courses pendant « Le Mans Classic »…et se laisser séduire par ces bolides extraordinaires…

Retour en arrière:

La FIAT 500 de la première génération surnommée Topolino (Mickey Mouse, ou souris en Italien)  est  dessinée en Italie au début des années 30 et produite de 1936 jusqu’en 1955. Il semblerait que l’initiateur de cette mini voiture soit Benito Mussolini, alors au pouvoir en Italie. Créer une voiture économique au prix d’achat ne dépassant pas 5000 Lires ce qui représente à  l’époque le montant du salaire d’un ouvrier de base des usines Fiat. Après quelques péripéties et mises au point, le Sénateur Agnelli chercha à la produire en  grande série (une série normale était alors de 10 véhicules maximum) pour en baisser le coût.

La Souris fut présentée pour la première fois au salon de Turin en Juin 1936. En France, elle est produite par Simca de 1936 à 1950, d’où son nom Simca 5 puis 6. Il sortira 519 847 exemplaires des usines Italienne dont celle qui m’emmène aujourd’hui dans ce drôle de voyage à travers le temps.

C’est une vieille dame de petite corpulence, tout juste assez d’espace pour 2 personnes, toute en rondeurs, très «sweet little thing»* maîtrisant simplicité et fonctionnalité. Chaque détail est manuel et efficace, le clignotant, les rétros, l’ouverture et la fermeture de la capote, des portières. Ces portières qui s’ouvrent vers l’arrière et donnent de l’élégance au passager qui en descend.

Quelque fois un peu capricieuse quand elle décide qu’elle n’ira pas plus loin cette fois ci, s’essoufflant surtout dans les côtes, elle adore les descentes en vent arrière où elle peut allègrement dépasser les 80km/h et se faire enfin remarquer par un flash…

Elle nous fait prendre le temps d’aller d’un lieu à l’autre, même le dimanche, en redécouvrant les paysages, le bord du chemin et en observant avec bonheur et sérénité le pays traversé.

«Prendre son temps est le meilleur moyen de n'en pas perdre.» écrit Nicolas Bouvier dans L'usage du monde.

Nicolas Bouvier, jeune écrivain aventurier voyageur, Suisse, entreprend avec Thierry Vernet  son ami peintre, en 1953 un voyage de la Suisse jusqu’en Inde à bord d’une Topolino. Il avait pris le soin d’en faire enregistrer l’état et le fonctionnement au représentant Fiat Suisse et de signer un accord : s’ils arrivaient en Inde  avec le véhicule, l’exploit serait célébré par le constructeur. Ce fut le cas et la Topolino eut droit à un nouveau moteur pour continuer son périple. Ce n’est pas sans réparations ni pannes que ce voyage s’effectua, offrant au lecteur de l’Usage du Monde  les récits des déboires et des joies de ses aventures  « Topolinesque ».

Le voyage dans le temps peut aussi prendre l’aspect d’un rassemblement des amoureux de l’automobile de collection, belle initiative institutionnelle que représente «  Le Mans Classic » qui vient de s’achever en ce début Juillet. Un rendez-vous mondial pour les collectionneurs, les clubs, et les amateurs de tout âge, où s’exposent près de 8500 véhicules anciens.

Chaque marque prestigieuse a ses adeptes, ses bolides, son paddock, et ses salons de réceptions. Tous les clubs automobiles internationaux sont présents. Beaucoup de monde pour une passion commune.

Ces automobiles de collection aux formes sublimes sont des souvenirs concrets des époques qu’elles représentent et n’en finissent pas d’émerveiller petits et grands.

Les courses des grands : seuls les véhicules ayant déjà participé aux épreuves officielles du Mans  entre 1923 et 1979 sont autorisées sur la ligne de départ de ces 3 jours. 500 bolides repartis sur 6 plateaux, sélectionnés par année pour chacune des épreuves.

… et c’est parti pour quelques tours de piste, dans un bruit ahurissant sur ce circuit de 21 virages, crée en 1906, d’une longueur de 13,629 kms. 

Les courses des pilotes en herbe de 7 à12 ans, ne sont pas en reste. Dans des répliques miniaturisées à l’échelle 3/5eme des versions originales, ils s’affrontent à leur tour sur le vrai circuit, pour une démonstration sur une petite distance et se prennent déjà aux jeux des grands… de quoi rêver de devenir peut être un jour un grand pilote de Formule 1.

Le tout, un enchantement de formes et de design vintage, de couleurs, de bruits puissants, de chromes, de sonorités mécaniques reconnaissables …dans un contexte international de renom et de passion.

Pour tous ces amateurs, initiés et sportifs, le design juste et beau, équilibré, harmonieux, perdure. Le bel objet reste et devient intemporel.

La simplicité des premiers véhicules, n’est pas orgueilleuse, elle se pose là, elle est là.

Une simplicité qui semble se redécouvrir aujourd’hui dans le design d’objets de mobilité, avec nombre de trottinettes, bicyclettes et 2/3/4 roues en tous genres créés par des designers ingénieux utilisant les matériaux les plus High Tech, pour offrir aux conducteurs sportifs ou non de nouveaux moyens de mobilité …

THM

*Jolie petite chose

Cédits photo: THM / autres photos dans la galerie "vehicules et mobilité"