fr en
Logo de 13Atmosphere

L'invité du 13

LES ABRIS FURTIFS DE STEPHANE MALKA 13 décembre 2015

Ou  « installation rapide pour campeurs urbains »

Ecouter Stéphane Malka présenter son travail*,  son architecture murie de ses réflexions sur notre monde  et de ses observations sur notre société, nous emporte fondamentalement vers un monde qui devrait devenir meilleur.

Stéphane revient sur les lois qui régissent le logement en France : la loi Quillot du 22 juin 1982 : « Garantir le droit au logement constitue un devoir de solidarité pour  l’ensemble de la nation » ne semble pas concerner une obligation nationale explique l’architecte.

Des abris de fortune s’installent sur les pelouses des boulevards jusqu’aux entrées d’immeubles des quartiers chics. Puis des tentes faciles à monter et à déplacer sont proposées à nos sans abris mais peut être cet habitat précaire est-il  risqué pour celui qui l’occupe quand il fait froid.  Isolées, ces tentes sont exposées aux vols et rafles policières sans contrôle.

Depuis 2011 une autre loi apparait : la loi « Loppsi 2 »: article 32 ter A,  Lorsqu’une installation illicite en réunion sur un terrain appartenant à une personne publique ou privée en vue d’y établir des habitations comporte de graves risques pour la salubrité, la sécurité ou la tranquillité publique, le représentant de l’État dans le département ou, à Paris, le préfet de police peut mettre les occupants en demeure de quitter les lieux.

Alors Stéphane a une idée de génie, il existe un espace urbain qui entre dans une ambiguïté légale, un espace urbain qui n’est ni propriété publique, ni privée… 

S’approprier les murs pignons, épaissir la verticalité et investir  cet espace pour construire des abris  furtifs aux laissés pour compte.

L’idée de créer des « sur-murs » avec des tentes qui s’empilent sur le mur aveugle, où chacun a son petit espace privé, comme une nouvelle façade sur un mur pignon …

Cet exercice a pris forme à Marseille en 2013 : « A-Kamp 47 » a permis  de réaliser 23 unités d’habitation pour 11 500€ … situé sur la Friche de La Belle de Mai, sur un mur de soutènement entre champ culturel et réseau ferroviaire… lieu idéal sans doute pour : 

« Migrants, réfugiés, déplacés, sinistrés, évacués, demandeurs d’asile, déboutés, sans-papiers, clandestins, tolérés, maintenus, retenus, refoulés, expulsés, rapatriés, retournés...»: la liste des catégories s’allonge à mesure que les états ramifient et organisent l’exclusion de celles et ceux, plusieurs dizaines de millions, qu’ils désignent, explique Stéphane avec conviction.

Ce concept peut être sérieusement considéré comme un concept d’urgence architectural. N’est-il pas une possible réponse aux flux de migrants, qui grâce  à ses facilités de mise  en œuvre, et son budget minime, pourrait devenir une solution même temporaire ? 

 « Instinctive, artistique, sociale, énergétique, l’architecture de Stéphane Malka est une architecture de survie qui bouscule, questionne, renverse avec bonheur l’ordonnancement d’une ville paralysée par les règles d’un autre siècle. » écrit Jean Luc Chassais de son confrère.

Stéphane s’inspire très tôt des espaces urbains, « street artist » à ses débuts, il connait ces zones de friche, ces murs abandonnés, pour leur avoir laissé sans doute quelques messages colorés sur la peau ! 

Il aime à « penser la ville, panser l’architecture » comme il dit, cherche les dents creuses de la ville,  les murs pignons, les dessus et dessous des ponts. C’est un humaniste, positif, sensible à l’écologie et au recyclage des matériaux qu’il utilise, il aime à chercher des solutions pour réduire le temps et le cout de la construction, privilégie la préfabrication pour construire. Il est impliqué dans le contexte social actuel.

Stéphane a aussi pris le temps d’écrire un ouvrage, Le livre manifeste «  Le petit Paris »  sortit en 2014, aux Editions Courtes & Longues,  Ouvrage hautement recommandé en ces temps de fin d’année, à consulter sans modération pour découvrir les 14 projets de la reconquête des toits, des ponts, des murs pignons, pour mieux vivre dans Paris !

 

Stephane Malka  STEPHANE MALKA

Né à Marseille, diplômé de l’école d’architecture de paris-La-Villette en 2003, il fonde sa propre agence et collabore avec de grands noms de l’architecture internationale. Parmi eux, les Ateliers Jean Nouvel, Philippe Starck  Rem Koolhaas.

Malka Architecture signe des réalisations uniques d’équipements, d’immeubles et d’aménagements de bureaux, de logements, des scénographies et Installations, mais aussi des boutiques et des créations de mobilier sur-mesure.

Maître Conférencier, son œuvre tend à fusionner Art & Architecture. Ses projets ont été exposés dans des Musées et Fondations de renommées internationales dont le MoMA de New York, La Cité de l’Architecture et du Patrimoine à Paris, le Victoria Museum de Sidney, Le MuBe de Sao Paulo ou encore au Centre Smolny-Sobor à St Petersburg.

http://www.stephanemalka.com/

THM avec la collaboration de Stéphane Malka et d’ARCHINOV

*Conférence donnée lors des 20 ans de l’association ARCHINOV en juin 2015.

Crédits photo : Stéphane Malka